Artistes graphiques et réseaux sociaux, par où commencer ?

Artistes graphiques et réseaux sociaux, par où commencer ?

18 avril 2019 2 Par Elodie Honegger

Il y a quelque semaines, j’ai passé deux heures à discuter avec Mylène Diebold, une illustratrice dont l’identité en ligne répond au doux nom de “En attendant la pluie“. Nous avons évoqué sa présence en ligne, l’état actuel des choses et les actions qu’elle pourrait mettre en place pour faire connaître son travail. Nous avons identifié les outils à exploiter et quelques bonnes pratiques à mettre en œuvre lorsqu’on se lance dans la promotion de son travail d’artiste. Elle a très gentiment accepté que je vous fasse découvrir un extrait de nos discussions, …qui me semblent intéressantes pour de nombreux·ses freelances, et notamment celles et ceux pour qui l’image est un média privilégié.

Quels réseaux sociaux privilégier, pour une illustratrice ?

Mylène Diebold : Dans un premier temps j’aurais bien aimé discuter des réseaux sociaux que je dois utiliser. Actuellement, je suis sur Instagram et sur Facebook, est-ce que c’est un bon début ?

E.H. Ça me semble parfait comme début, surtout pour une illustratrice. Si tu as le temps, tu peux aussi ajouter à ton éventail le réseau social Pinterest. C’est une référence importante pour le partage et la curation de contenus visuels.

Mylène Diebold. C’est vrai, en fait je m’en sers énormément moi-même pour me créer des tableaux d’inspirations…

Que faire sur Instagram, et comment ?

Mylène Diebold : Comment est-ce que je peux m’y prendre pour avoir un compte Instagram qui soit propre et cohérent ? Je regarde des comptes Instagram d’illustrateurs·trices et je vois quelque chose de beau en tant qu’ensemble. C’est quelque chose que j’aimerais réussir à faire, moi aussi.

E.H. Une des choses que tu peux mettre en place dans un premier temps, c’est de séparer tes dessins “finis” de tes dessins “en cours”. Tout l’aspect work in progress, qui est très sympathique et vivant, peut par exemple trouver sa place dans les stories. De sorte que ta timeline elle, reste dédiée aux dessins finalisés. Tu pourras alors classer tes slides préférées dans quelques albums de Stories “à la Une”, pour qu’elles restent visibles après les 24h de vie d’une Story.

Story Instagram Mylène Diebold

Mylène Diebold : On m’a conseillé, sur Instagram, de publier mes images par trois, pour rendre mon fil plus joli. Tu en penses quoi ?

E.H. Effectivement c’est vraiment esthétique et impactant visuellement, de voir un fil Instagram sur lequel les vignettes fonctionnent ensemble, que ce soit en ligne ou en colonne… C’est une pratique qui permet de raconter des histoires, de montrer que tu réfléchis à la cohérence globale de tes contenus.

Mais c’est aussi très contraignant, parce que pour maintenir la cohérence de l’ensemble, tu te retrouves obligée de publier tes images systématiquement par trois. Dans ton cas, alors que tu lances tout juste ton activité, je dirais que ce n’est pas le plus urgent. Selon moi, il faut arbitrer les choix éditoriaux en fonction de ton temps disponible. Je crois que la communication ne devrait pas te prendre plus de temps que ton travail de créatrice. Te fixer comme principe de ne publier sur ton fil que des dessins finis, ça va déjà donner une belle cohérence visuelle à ton compte.

Les hashtags sur Instagram

Mylène Diebold : Comment est-ce que je peux mieux me servir des hashtags sur instagram ? J’ai remarqué que c’était plutôt efficace pour toucher de nouvelles personnes.

E.H. Tu peux chercher des hashtags populaires dans ton secteur, comme par exemple #Inktober, qui fait référence au défi “Un dessin par jour”, qui est reconduit chaque année au mois d’octobre. Mais tu peux aussi en trouver d’autres, qui sont un peu plus confidentiels et qui ne réunissent pas des milliers de personnes. Ces hashtags moins courus peuvent attirer des gens proches de ton univers. #frenchillustration par exemple, ne réunit que 2700 et quelques publications, contre 12,5 millions pour #inktober.

En termes de forme, tu peux aussi penser à publier tes hashtags en commentaires de tes publications instagram, plutôt que dans le texte qui accompagne ton dessin. Cela permet que tes publications soient plus “propres”, qu’elles ne soient pas pas surchargées de hashtags. En postant une petite liste de hashtags en commentaires tu fais en sorte que tes photos soient indexées pour les mots-clés qui te semblent pertinents.

Pour suivre Mylène Diebold sur instagram, c’est par ici :

Un compte Facebook professionnel, est-ce bien utile ?

Mylène Diebold : J’aimerais aussi me servir un peu mieux de ma page Facebook, mais pour l’instant je ne vois pas bien comment faire. On m’a conseillé de recréer un profil professionnel, pour séparer mes publications privées de celles qui concernent mon travail. Est-ce que ça te semble utile ?

E.H. La première chose à faire dans ton cas, c’est de créer une Page illustratrice Mylène Diebold. Ton compte facebook personnel, lui, va te servir à administrer ta page professionnelle.

La nuance qui n’est pas claire quand on débute, c’est la différence entre une Page et un Compte. La Page est une vitrine, et le lieu où tu pourras échanger avec des fans, alors que ton Compte facebook peut tout à fait être réservé à ton cercle privé, tout en te servant à administrer la page “Entreprise”.

Dans ton cas, il me semble préférable d’administrer ta future Page avec ton compte personnel et non avec un compte “pro” que tu aurais créé spécialement pour ça. Avec ton compte Facebook perso, tu vas pouvoir partager les publications de ta page vers ton réseau existant, qui va progressivement, par ricochet, augmenter le nombre d’abonné·e·s de ta page en tant qu’illustratrice. Alors qu’un nouveau compte professionnel va démarrer, forcément, avec zéro ami·e·s, ce qui n’est pas l’idéal pour promouvoir ton travail.

Comment promouvoir son travail sur Facebook ?

Mylène Diebold : Mais comment est-ce que je peux promouvoir ma page auprès du public ? J’ai l’impression que bien souvent mes publications ne sont pas vues, ou très peu.

E.H. L’un des leviers peut être de t’inscrire dans des groupes facebook concernant l’illustration, les loisirs créatifs, le dessin… Et d’en choisir un petit nombre dans lequel tu as envie de participer, d’échanger avec les autres membres. Si tu es active et sincèremement intéressée par ce que font les autres dans ces groupes, ils·elles s’intéresseront également à ce que tu partages. Et naturellement, certain·e·s s’abonneront à ta page, parce qu’ils·elles te connaissent et apprécient d’autant plus tes dessins, qui acquièrent un ” supplément d’âme”, parce que la personne derrière le dessin n’est pas un lointain concept.

Personnellement, je suis toujours plus touchée par les créations qui émanent d’une personne que je connais un peu. J’adore savoir par exemple par quelles réflexions et doutes l’artiste est passé·e, avant d’arriver à la version finale de sa création.

Bonus : le réseau social Mastodon

Une option dont je n’avais pas discuté avec Mylène, mais dont je souhaite vous parler, c’est le réseau social Mastodon. C’est une alternative possible à Twitter, qui fait partie des services listés par Framasoft dans le cadre de son opération “Dégooglisons Internet”. L’objectif étant de pas être tous et toutes dépendant·e·s de ces “géants” que l’on voit partout : Google, Apple, Facebook, Amazon et Microsoft… et de décentraliser quelque peu les pouvoirs numériques.

Framasoft présente d’ailleurs ce réseau social bien mieux que moi par ici : “Welcome to Mastodon“.

Je suis entrain d’expérimenter l’utilisation de ce réseau à titre personnel, et mon avis est le suivant : La communauté est super sympa, et comme le réseau est pour l’instant un peu plus confidentiel que Twitter, il y a potentiellement une opportunité à saisir, pour qui a envie de se faire une petite place dans un groupe très ouvert, attaché au concept de l’internet libre, et donc, à mon avis, rempli d’esprits créatifs.

J’ai pris la liberté de publier un Thread sur Mastodon, à la recherche d’artistes en tout genre qui voudraient bien se signaler, et j’ai eu pleiiin de réponses. Je vous livre ici quelques recommandations (de manière non-hiérarchisée):

  • Akane : @Akane@imaginair.es Je fais de la bijouterie amateure, de la pyrogravure, du dessin et de la peinture ainsi que de la “création rôlistique” À tout ça, on peut encore ajouter que je débute le cosplay, et qu’il m’arrive de toucher à diverses autres disciplines, comme le travail du bois ou de l’argile, ou divers travaux textiles.
  • Florent Wehrli, @Florentwehrli@framapiaf.org Créateur d’un site dédié au numérique à l’école proposant des solutions éthiques et souvent libres, https://informatique-ecole.weblib.re/
  • Olivier Saraja @oliviersaraja@mamot.fr Je suis auteur #SFFF hybride (édité, auto-édité) et directeur de collection SF aux Éditions du 38. On peut citer aussi @DesienneAuteur, @Onirography, @YannKervran @LeGreg@Julien_Noel @neiljomunsi@fredg entre autres…
  • Desdienne @DesienneAuteur@social.wxcafe.net
    Je suis auteur de SF aux éditions du 38, chez Gephyre et Nutty Sheep. Mastodon est un espace de création bien vivant ! Suivre #MercrediFictions avec des auteur(trices) comme @LucilePeyre@mamot.fr BackUp est le genre de mini-série publiée sur Mastodon en 120 toots et mis à dispo de la communauté ici : https://luc.frama.io/backup/ @framasky@framapiaf.or
  • Merle Bardenoir @merle@mastodon.art : m’a indiqué qu’il existe une instance mastodon dédiée aux arts : https://mastodon.art/about
  • Raph @raph@framapiaf.org : Pour ma part je suis vidéaste / photographe. Hyper déçu d’abord par Facebook, puis par YouTube, et ensuite Instagram où les algorithmes ne permettent plus d’offrir de la portée à mon travail.Alors maintenant j’aire ici, j’observe, mais les alternatives décentralisées comme Pixelfed et PeerTube me font de l’oeil.
  • Ambre Nébuleuse @anebuleuse@framapiaf.org Ambre Nébuleuse, c’est un nom de plume, je suis autrice —sur mon temps libre—, essentiellement de la fiction biberonnée à un peu de tout je dirai.
  • Phigger @Phigger@imaginair.es : J’écris, avec une implication aléatoire, et des choses aussi aléatoires. Articles, textes courts, poèmes, nouvelles, débuts de romans jamais continués, et même quelques chansons. Le tout sous licence libre.

Ces retours m’ont vraiment donné envie d’explorer plus avant ce réseau social “décentralisé”. Si vous avez des commentaires, questions, avis à formuler,… exprimez-vous juste en dessous 😉

Et tous mes remerciements à Mylène, dont j’attends avec impatience le site web, à paraître prochainement !

Curieux·se d’en savoir plus ?

⬇️ Pour aller plus loin, vous pouvez télécharger ci-dessous le guide “Dans quel réseau social investir ?”, dans lequel vous trouverez des conseils sur-mesure en fonction de votre profil. (Artiste, Freelance, salarié·e, chef·fe d’entreprise, élu·e, etc…) ⬇️

Vous avez aimé cet article ? Partagez-le ! 😉
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  • 2
    Partages