Comment briefer un rédacteur web ?

Comment briefer un rédacteur web ?

5 juin 2018 0 Par Elodie Honegger

Vous avez besoin de publier un article ou une série d’articles ? Des argumentaires commerciaux pour un site de e-commerce, une interview, une newsletter ? Peut-être avez-vous l’intention d’externaliser la production de ces contenus rédactionnels, que ce soit pour alléger votre charge de travail ou parce que vous ne disposez pas des compétences nécessaires au sein de votre structure.

Pour la bonne réussite de votre projet, une étape cruciale : LE BRIEF. Plus votre prestataire est au clair sur ce que vous attendez de lui, plus vous avez de chances d’être satisfait.e du résultat. La responsabilité du brief incombe aux deux parties en présence, bien sûr… Mais autant mettre toutes les chances de votre côté pour que la collaboration engagée soit un succès.

Je vous propose la structure suivante :

Où ? Pourquoi ? Comment ?  Quand ?

1. Où ?

Commencez par annoncer le support web sur lequel l’article sera publié : votre site web, votre blog, une newsletter ? Une page Facebook ? Pulse ? … Le rédacteur – ou la rédactrice – ne travaillera pas tout à fait de la même manière selon le contexte de publication. Un Article Facebook, par exemple, permet d’insérer des liens et tags vers des pages partenaires, ou de citer un artiste, une marque. Autant faire en sorte que votre prestataire ait ces outils à l’esprit au moment de la rédaction.

2. Pourquoi ?

Les objectifs à atteindre

Commencez par exposer librement vos attentes concernant la production de contenus : pourquoi et pour qui doit-on écrire ? Avez-vous des objectifs précis, comme initier chez le lecteur un acte d’achat ? Voulez-vous plutôt que le texte contribue à étoffer votre image de marque ? Doit-il vous aider à vous positionner sur un champ lexical spécifique, dans une optique SEO ?

3. Comment ?

Le format

Précisez ensuite vos contraintes éventuelles en termes de forme : Avez-vous un modèle, une trame qui devrait être suivie ? Des contraintes techniques ?

Le texte doit-il respecter un nombre précis de caractères ? Beaucoup de rédacteurs ou rédactrices web facturent au feuillet, soit par tranche de 1500 signes, il est donc utile de préciser en amont quelles sont vos attentes de ce côté. Si vous n’êtes pas sûr.e de vos besoins, prenez quelques minutes pour surfer sur un site web que vous appréciez, copiez-collez un article dont la taille et l’apparence vous conviennent dans un éditeur de texte, et regardez à quel nombre de caractères cela correspond…

Le ton à adopter

Institutionnel, descriptif, chaleureux, engageant, journalistique, commercial, personnel, humoristique, ironique, scientifique, poétique… Quel est le ton que vous souhaitez adopter ?

Le degré d’autonomie souhaité

Lorsque vous faites appel à un ou une professionnel.le de l’écriture web, vous faites appel à une personne dont c’est le cœur de métier, précisément. Avez-vous une idée exacte de ce qu’il vous faut, ou êtes-vous ouvert aux suggestions ? Si vous souhaitez être conseillé, n’hésitez pas à en parler dès le départ. Peut-être faudra-t-il alors prévoir un échange de mails supplémentaire ou un appel téléphonique pour vous mettre d’accord sur ce que seront le ou les articles fournis.

Vous pouvez aussi opter pour une prestation de conseil éditorial en amont de la création de contenus, en vous adressant, pourquoi pas, à deux personnes différentes : l’une pour la stratégie éditoriale, l’autre pour la production. Tout le monde n’a pas cette double compétence 😉

4. Quand ?

Avant de valider le lancement des travaux, faites un rétro-planning estimatif avec votre interlocuteur ou interlocutrice. Travailler avec un.e freelance est une garantie de souplesse, mais cela veut dire que vous n’êtes pas leur unique client.e. Assurez-vous que vos contraintes en termes de délai soient bien prises en compte.

Idéalement, le rétro-planning comprendra les étapes suivantes, récapitulées sous la forme d’un simple mail :

1. Date de livraison d’une première version

2. Date de réponse client avec des remarques et demandes de corrections éventuelles

3. Date de livraison d’une deuxième version

4. Date de validation client.

Un aller-retour de corrections est une norme communément admise (version 1 + version corrigée), même si en général un deuxième aller-retour sera réalisé de bonne grâce par votre prestataire (si vous ne faites pas un volte face complet de la version 2 à la version 3 ). Cela dit, vous pouvez aussi aborder le sujet avant le début du travail pour connaître les habitudes de la personne à qui vous vous adressez. Vous pouvez aussi prévoir dans votre bon de commande un nombre d’allers-retours qui vous convienne, pour que personne ne soit surpris. Si vous êtes habitué.e des versions 4 remodifiées, mieux vaut prévenir que guérir ! 😉

➡️ Vous avez un projet éditorial web ? Discutons-en !

Photo by Brooke Lark on Unsplash
Vous avez aimé cet article ? Partagez-le ! 😉
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •